Rechercher

Qui sommes nous ? 

La CFTC, 100 ans de construction sociale

Nos principes ? La recherche d’un monde plus juste et plus humain qui valorise la solidarité, la liberté, la responsabilité, la justice sociale, la participation démocratique, l’exigence d’un développement durable. 

Nos valeurs ? Le dialogue et la recherche de solutions nouvelles : un syndicalisme constructif et positif, où l’humain trouve toute sa place.

Notre rôle ? Garantir vos droits et améliorer vos conditions de travail.

Notre responsabilité ? Être un acteur majeur du paritarisme et bâtir quotidiennement votre environnement social (retraite, logement, chômage, famille...).

​Plus proche de vous, au sein de Crédit Agricole S.A., nos points de vigilance sont :
Votre information - Le respect de la dignité humaine - L’équilibre vie privée-vie professionnelle - 

L’égalité de traitement entre tous les salariés - Les situations de souffrance au travail.

Le dossier du mois : la discrimination envers les séniors en entreprise 

Qu’entend-on par « sénior »* ?

*L’Académie française a légalement officialisé les deux appellations, avec et sans accent

Le terme « sénior » est de plus en plus complexe à définir, notamment dans le monde de l’entreprise. Il n’a pas de définition juridique : s’agit-il d’un employé en fin de carrière ? D’un collaborateur dont on reconnaît l’expérience ?

En 2016, l’association « A compétences égales » a statué sur ce point via sa 3e enquête sur " Les séniors et l’accès à l’emploi » :

- les candidats et les recruteurs en cabinet estiment qu’on est sénior à 50 ans ; 

- les responsables du recrutement en entreprise situent majoritairement la séniorité dès 45 ans.

Trop chers, peu souples, démotivés, difficiles à manager, dépassés par les nouvelles technologies ... Les seniors seraient moins appréciés que leurs cadets au sein des entreprises françaises. Ainsi, l'âge serait le 1er facteur de discrimination dans le travail, notamment dans le secteur de la banque et de la finance (Etude réalisée par l’association « A compétence égale »)

 

Et pourtant, les seniors sont de vrais atouts pour les entreprises. Ils sont souvent plus impliqués et ont moins de contraintes ! Ils ont payé leur habitation, les enfants sont partis de la maison, etc. Ils sont plus fidèles, plus consciencieux et moins absents au travail.

 

Mais leur principal atout est évidemment leur expérience, et donc leur maîtrise du métier (autonomie, efficacité, fiabilité, etc.). Tout comme leur envie de transmettre, de former, d’écrire et de prendre du recul pour améliorer les process. Ils sont aussi souvent les garants de l’histoire, des valeurs et des basiques métier. Les séniors font preuve d’une vraie sagesse. Ce qui est vital pour une entreprise.

 

Sont-ils vraiment dépassés par les nouvelles technologies et peu innovants ? Certains le sont, effectivement, mais il ne faut pas en faire une généralité. Station F, désigné « plus grand incubateur du monde » et porté par Xavier Niel a accueilli et accompagné des seniors licenciés à cause de leur âge. On compte par ailleurs une proportion d’entrepreneurs de 18% chez les adultes de 50 à 64 ans soit 7% de plus que chez les moins de 30 ans.

 

Comme pour toutes les tranches d’âge, on ne peut pas « les mettre tous dans le même panier » 

 

Les seniors, trop vieux pour l’entreprise ?

« Malgré un certain nombre de stéréotypes, la reconnaissance des qualités des seniors est unanime. 90 % des personnes sondées reconnaissent qu’ils détiennent la mémoire de l’entreprise et 80 % pensent qu’ils sont plus fiables et plus autonomes et qu’ils transmettent des compétences qu’ils ont acquises ». Voilà les conclusions générales d’une enquête réalisée par le cabinet RH OasYs et le cabinet d’expertise Syndex au service des organisations syndicales et élus CSE.

Les seniors, peu performants ?

Selon, une autre étude du Census Bureau (l'équivalent de l'INSEE aux États-Unis) et du MIT (la prestigieuse université de Boston), sur l'âge des entrepreneurs, les entreprises qui ont grandi le plus vite, dans le secteur des nouvelles technologies, avaient un patron dont l'âge moyen est de 45 ans. Plus encore, les patrons de 50 ans ont 1,8 fois plus de chance de réussir que ceux de 30 ans, tandis que ceux de 20 ans ont le plus de risques d'échouer de toutes les générations.

Comment sont considérés les « Seniors » dans votre entreprise ?

Nous vous proposons un sondage afin de le déterminer prochainement.

(si le lien ne fonctionne pas, essayer un autre navigateur, par exemple Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome ou Safari)  

Ce sondage est complètement anonyme. La première partie vise à recueillir l’avis de tous les salariés quant à la perception globale des séniors au sein de l’entreprise. La deuxième partie est réservée aux séniors et a pour but de recueillir leur perception de la situation et leurs attentes pour améliorer leur employabilité, la valorisation de leurs expertises, leur qualité de vie au travail et leur transition vie active-retraite.

Complainte d’une salariée sénior

femme triste.jfif

J’ai 54 ans et on me fait sentir au quotidien que je suis trop payée pour le travail que l’on me confie. Je dois batailler pour espérer une augmentation annuelle tous les 3 ou 4 ans et ma rémunération variable ne dépasse guère 100% alors que dans le passé, j’avais 110, 115, 120, voire 160%. Ai-je régressé à ce point ?  

Je vois bien que l'entreprise préfère employer des prestataires pour effectuer des projets ou des missions que je pourrais et que j’aimerais faire. Certainement que l’externalisation des expertises présente beaucoup d’avantages mais aussi, deux inconvénients majeurs : son coût et ses conséquences sur l’employabilité des salariés. J’ai lu que le secteur de la banque et des finances était particulièrement discriminant avec les seniors. Est-ce dû à l’argent qui coule à flot et autorise le gâchis des compétences internes au profit de l’externalisation ?

Quand un(e) collègue quitte le service, un jeune est recruté, moins expérimenté, moins payé que moi (on me le fait comprendre). Je dois le former sans que cela soit pris en compte dans mes objectifs. Je le fais volontiers. Mais j’aimerais un peu plus de considération et de reconnaissance financière.   

J’ai postulé à plusieurs postes de manager et on ne m’a même pas reçue, sans explications. A la place on a recruté des salariés(es) de moins de 40 ans, qui n’avaient, eux(elles) non plus, jamais managé.  

Enfin, pour en revenir à mon salaire, effectivement par rapport aux missions qui me sont confiées à présent, je suis peut-être trop payée mais je ne demande qu’à avoir un travail à la hauteur de mes compétences et de mon salaire. Je suis sous-employée, démotivée et de plus en plus difficile à manager. Comment vais-je pouvoir tenir jusqu’à qu’à la retraite, au mieux dans 8 ans, voire plus si le gouvernement décale l’âge de départ à la retraite ? »

Nos articles mis en avant sur notre page d'accueil au cours des mois précédents : 

VISITEZ NOTRE RUBRIQUE "Nos dossiers et articles " 

ACCÉDEZ A TOUS NOS MÉMOS
(congés, rémunérations, retraite, etc...)

 

Blog