Le congé de paternité

La France améliore le congé de paternité, même si elle reste encore loin des bons élèves 

Le Parlement européen a établi en 2019 une norme minimale de 10 jours de congés paternité dans l’UE, en dessous des 14 jours prévus à l'époque n France (3 + 11). Mais certains pays en Europe font beaucoup mieux :

  • en Espagne, la durée est de 12 semaines en 2020 et passera à 16 semaines en 2021, autant que pour les mères,

  • au Portugal, le congé est de 4 semaines dont 2 semaines obligatoires,

  • en Autriche, le congé de paternité dure 1 an et peut même se prolonger jusqu’à 3 ans.

  • la Norvège propose un quota de 10 semaines et 26 semaines à partager avec la mère. Avec maintien du salaire à 100%. 

  • en Suède, les pères sont autorisés à prendre 480 jours (autant que pour les mères), payés à hauteur de 80% du salaire. Les 2 parents peuvent transférer leurs jours de congés entre eux avec 2 mois minimum pour chacun d’entre eux.

  • au Danemark, les pères peuvent prendre 2 semaines de congés payés à 100%, la mère dispose de 18 semaines et au delà, les 2 parents peuvent se répartir 32 semaines payées 100%.

  • en Islande, le congé de paternité est de 90 jours

Qu'est-il prévu au niveau de Crédit Agricole SA ?  

Au niveau de Crédit Agricole SA, la négociation sur l'Egalité Professionnelle F/H a "surfé" sur cette avancée. Avant annonce du doublement, mais dans un contexte d'évolution de la société, la direction proposait de maintenir la rémunération pendant un congé de paternité porté à 24 jours, y compris le congé de naissance de 3 jours. Après l'annonce du projet de loi, la direction a revu sa copie et proposé un maintien de la rémunération pendant 31 jours y compris le congé de naissanceCette mesure est mieux disante par rapport à la nouvelle loi qui prévoit un congé de 28 jours y compris le congé de naissance avec une indemnité journalière plafonnée à 83,07 € soit 2.492 € nets mensuels. 

Bien que saluant cette avancée, la CFTC CASA regrette que l'entreprise ne soit pas allée plus loin, à l'instar d'entreprises plus généreuses en matière de congé paternité et ce, bien avant l'annonce gouvernementale de son doublement en France.

Particulièrement, le secteur des nouvelles technologies se distingue en matière de congé de paternité : Spotify 24 semaines, Facebook 17 semaines, Google 12 semaines, Airbnb 10 semaines, Amazon 6 semainesMicrosoft  6 semaines, Ubisoft 4 semaines, Adobe 4 semaines.

Mais dans d’autres secteurs, on trouve également des entreprises accordant des congés de paternité de 4 semaines au moins : le groupe de luxe Kering 14 semaines, Aviva 10 semaines, Mastercard 8 semaines, l’Oréal 6 semaines, Ikea 5 semaines, Axa 4 semaines et Caisse des Dépôts 4 semaines (seule banque). Liste non exhaustive.

Et qu'en pensent les français ?

Visiblement, les français, notamment ceux de plus de 40 ans restent ancrés dans une vision traditionnaliste où le congé de paternité doit rester marginal et non obligatoire (cf. ci-contre les résultats d'une étude de la DREES datant de 2019 et portant sur deux enquêtes d'opinion de 2014 et 2016) : 60% des 25-34 ans souhaitent un allongement du congé de paternité vs 38% pour les 35-49 ans et 19% pour les 59 ans et plus.

Est-ce que ce congé de paternité doit être rendu obligatoire ? Seulement 3 français sur 10 le pensent... Est-ce la crainte des pressions de l’employeur et/ou la persistance des stéréotypes qui expliquent cette réticence à un congé de paternité obligatoire ? D’autres pays ont cependant franchi le pas tandis que la France faisait du sur-place depuis près de 20 ans, avant le vote de la nouvelle loi qui prévoit une durée obligatoire de 7 jours

stats congé de paternité.png

Décembre 2020

Revenir à la page d'accueil

Contact

Espace membre