top of page

Nouvelle négociation sur le pouvoir d'achat au sein de l'UES CASA (novembre 2022)

Dernière mise à jour : 2 déc. 2022

A la demande des syndicats, une nouvelle négociation sur le pouvoir d'achat s'est ouverte le 14 novembre 2022 au sein de l'UES.


Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir que les mesures proposées par la direction se résumaient à un budget d'augmentations individuelles de 2 % (y compris augmentations au titre de l'égalité salariale femmes/hommes et au titre des mobilités 2023) plus une majoration de la subvention employeur au restaurant d'entreprise devant compenser la hausse du forfait d'admission.


Dans ses propositions, la direction reprenait également la baisse de la cotisation prévoyance décès déjà en négociation dans le cadre de la rationalisation des deux assurances existantes (Agrica et Predica), cette baisse étant consentie par les assureurs au profit de l'employeur et des salariés.


La CFTC a fait part très rapidement de son incompréhension face à ces propositions. Les augmentations individuelles sont sensées récompenser le travail des salariés et permettre la progression de carrière. Etant donné qu'elle ne concernent chaque année que 35 à 45% environ des salariés, ce ne peut être une mesure suffisante pour le maintien du pouvoir d'achat, notamment pour les salariés qui ne bénéficient pas de mesures individuelles. Parallèlement, l'augmentation de la subvention employeur au restaurant d'entreprise permet uniquement de neutraliser l'augmentation du forfait d'admission et pas celle des denrées.


Bref, la CFTC a indiqué à l'employeur qu'elle n'allait pas signer en l'état, l'accord reprenant ces propositions. Elle a demandé qu'il soit accordé une prime pour le pouvoir d'achat dénommée à présent "prime de partage de la valeur" ou PPV. La CFTC a précisé que cette prime devra être prévue pour l'ensemble des salariés et non pas uniquement pour les bas salaires.


La RH a fait une nouvelle proposition hier 30 novembre avec à la clé une PPV égale à 900 € pour les salaires inférieurs à 2 SMICS (40 k€ annuels) , 700 € pour les salaires compris entre 2 et 3 SMICS (entre 40 et 60 k€) et 500 € entre 3 SMICS et 90 k€.


Ce montant de prime ne répond pas à notre attente d'avoir un montant équivalent à celui accordé aux salariés des Caisses régionales, à savoir 1500 € pour tous. C'est néanmoins mieux que de ne pas avoir de prime du tout. A date, nous n'avons pas encore arrêté notre décision de signer ou non l'accord.




Achevé de publier le 1er décembre à 7 h.



103 vues0 commentaire